déc 09

De ci de là, on apprend régulièrement que telle entreprise teste l’iPad, puis décide d’en acquérir pour telle ou telle catégorie de personnel.
Aux USA, plus de la moitié des grandes entreprises étudient l’idée de prendre en charge l’iPad. Elles sont de plus en plus nombreuses en France.
Mais cela ne concerne pas que l’entreprise. Citons par exemple le département de la Corrèze (France) qui réalise ce qui est apparemment une première mondiale, en fournissant 3300 iPads à des collégiens.

Il est important alors de penser au réseau. Un iPad (ou iPhone) est par essence mobile. On peut penser 3G et nous en reparlerons bientôt. Mais souvent, le premier usage est avec un réseau Wifi. Tout simplement parce qu’il est présent dans tous les modèles d’iPad, et de plus en plus implanté au sein d’organismes. Or, si on ne regarde pas de près cette implantation wifi interne, on risque de mettre en danger son bon fonctionnement. Tester un ou deux ippareils dans certains bureaux, pour voir l’ergonomie de ses applications, ce n’est pas pareil que de le mettre en service généralisé.

Il y a trois points à surveiller en particulier.
1 – La couverture.
Le wifi est-il accessible de façon satisfaisante dans tous les locaux, voire les abords de ces locaux (parking, guérite de l’accueil,…).
A-t-on prévu si nécessaire le « rooming » permettant de passer d’une zone à l’autre ?

2 – La vitesse de connexion.
L’iPad se connecte à des réseaux sans fil 2.4GHz qui peuvent être déjà surchargés. Il peut être intéressant de passer au 5 Ghz, moins encombré, via du « band steering ». Il s’agit là de gérer autrement ses bornes Wifi. Si vous n’en êtes pas familier, je vous renvoie à cet article de 01net
C’est important pour FileMaker Go, surtout s’il y a beaucoup de fichiers partagés, beaucoup d’utilisateurs, des données variées (texte, image, documents,…),… Dans certains cas, il peut être utile de penser à alléger certains fichiers, pour ne pas surcharger inutilement la bande passante.

Ces deux points sont importants pour tout ordinateur portable. Mais encore plus pour les iPads puisqu’il n’y a pas de port Ethernet en cas de panne du Wi-Fi.
Le fait que de nombreuses personnes apportent en plus leur propre matériel mobile (iPhone ou autre) ne fait que renforcer la nécessité d’anticiper. Cette tendance n’est pas à négliger et se constate de plus en plus.

3 – La sécurité
Cela concerne évidemment les accès au réseau wifi, en particulier si on prévoit un certain accès aux visiteurs.
Mais il faut prévoir aussi les droits d’accès aux bases FileMaker Go accessibles depuis iPhones et iPads. C’est le moment de revisiter le menu « Gérer > Sécurité… » de FileMaker.

Bref, comme toujours, il vaut mieux anticiper…

Michel Lansard

Rédigé par Michel


Laissez nous un commentaire

Copyright Editomac Sarl © - Connexion